Depuis Ayguevives, Cnim Air Space prend de la hauteur en ballon

Basée à Ayguevives, près de Toulouse, Cnim Air Space conçoit et produit des aérostats et des protections thermiques pour satellites. Pour accompagner sa croissance, la société vient de se doter d’une nouvelle ligne de production dédiée à l’assemblage des enveloppes de ballons captifs et dirigeables.

Ses ballons captifs et ses dirigeables drones de 35 à 40 mètres de long, plus légers que l’air, servent à la surveillance maritime, à la sécurisation des grands événements ou encore à la protection de sites. Installée à Ayguevives, près de Toulouse, Cnim Air Space produit aussi des ballons stratosphériques, pour le compte du Cnes notamment, et des protections thermiques pour satellites.

Née en 2015 suite au rachat par Airstar de la branche espace de Zodiac Marine, la société, anciennement Airstar Aerospace, alors en procédure de sauvegarde, a intégré en mars 2019 le périmètre du groupe Cnim. Pour l’équipementier et ensemblier français, à la tête de 85% de son capital, l’objectif de l’opération était de gagner sa place de leader européen des plateformes de ballons et de dirigeables dans les domaines de la défense, de la sécurité, de l’inspection et du spatial. Thales Alenia Space, actionnaire d’origine et partenaire de référence dans le cadre du projet de dirigeable stratosphérique pour des applications civiles et militaires Stratobus, a conservé ses 15% minoritaires.

Tests avec Frontex

Sous le nom de Cnim Air Space, la société d’Ayguevives a développé son carnet de commandes et décroché ces dernières années plusieurs contrats significatifs auprès de grands donneurs, industriels et étatiques. Fin 2020, elle a notamment remporté un appel d’offres de Frontex, l’agence européenne de garde-frontières et de gardes-côtes dans le cadre d’une expérimentation de six mois pour la surveillance maritime en Grèce. Un autre projet, Diridrone, engagé avec RTE pour l’inspection des lignes haute-tension, a débouché sur « une première mondiale » selon les deux partenaires. Ce dirigeable drone de 15 mètres de long et 2,5 mètres de diamètre, a effectué en octobre 2020 son premier vol en conditions réelles, au-dessus des lignes électriques. L’objectif à terme étant pour RTE de faciliter et d’automatiser la maintenance de son réseau sur de grandes distances.

Recrutements en cours

_c_cnim_air_space_-_nouvelle_ligne_de_production_opti.jpg

Sur un marché des ballons captifs en pleine croissance, Cnim Air Star a passé un nouveau cap en début d’année en intégrant une cinquième ligne de production. Cette nouvelle ligne motorisée, dédiée à l’assemblage des enveloppes de ses aérostats, va permettre à la société de répondre aux contraintes des différents types de matériaux qu’elle met en œuvre et de « gagner en efficience ».

« Notre objectif est de conserver nos parts de marché sur les segments des ballons expérimentaux et des protections thermiques pour satellites et de nous développer sur celui des ballons captifs. Ces aérostats, reliés au sol par un câble, permettent de mener en continu des missions de surveillance ou de communication allant de quelques jours à plusieurs mois avec des coûts d’exploitation moins élevés que les solutions aéroportées. Ils sont pour nous un véritable relais de croissance », explique Gaëtan Breurec, directeur général de Cnim Air Space. La société, qui emploie actuellement 64 personnes pour un chiffre d’affaires de 5 millions d’euros en 2019, doit procéder à plusieurs recrutements pour compléter ses effectifs, à savoir un pilote pour la ligne d’assemblage et des opérateurs.
Johanna Decorse

Sur les photos : Filiale du groupe Cnim, Cnim Air Space est l’un des acteurs majeurs en Europe dans le domaine des aérostats « plus légers que l’air » comme les ballons captifs. La société a intégré en début d’année une nouvelle ligne de production. Crédit : Cnim Air Space.

Réagir à cet article

Source : https://www.touleco.fr/Depuis-Ayguevives-Cnim-Air-Space-prend-de-la-hauteur-en-ballon,30924