En Occitanie, des laboratoires cosmétiques réorientent leur production vers le gel hydro-alcoolique

Ils s’appellent Groupe Berdoues, Version Organique, Ibbeo Cosmétiques ou Pierre Fabre Dermo-Cosmétique. Engagé dans la lutte contre le Covid-19, chacun convertit sa production vers de la solution hydro-alcoolique.

Répondre vite et en quantité aux besoins en solution hydro-alcoolique des professionnels de santé, hôpitaux, cliniques, cabinets médicaux ou infirmiers, pharmacies… La Febea, Fédération professionnelle des entreprises de la beauté, est mobilisée pour faire face à la pénurie de gels en proposant la conversion des capacités de production de ses adhérents volontaires. L’objectif est de produire plusieurs milliers de litres de solution par semaine au niveau national.

En effet, réservée jusqu’ici aux entreprises de la détergence et aux pharmaciens, la production de gels hydro-alcooliques a été ouverte par arrêté ministériel le vendredi 13 mars aux acteurs du secteur cosmétique. En région toulousaine, le Groupe Berdoues (parfums et cosmétiques) a réorienté en 48 heures sa chaîne de gel lavant commercialisé en flacons de 500 ml en fabrication de solution hydro-alcoolique dans les mêmes contenants.

Approvisionnement du CHU de Toulouse

« Nous avons eu les premiers contacts avec le CHU de Toulouse mercredi dernier et le vendredi qui a suivi, dès six heures du matin, nous avons commencé la production. Le soir même, une tonne de solution a été récupérée par les hôpitaux. Nous prévoyons une production augmentée à deux tonnes par jour dès mardi 24 mars à destination du CHU, prioritaire aujourd’hui », explique Sophie Berdoues, présidente du groupe éponyme. Elle poursuit : « Notre accord avec l’hôpital nous permet juste de couvrir nos frais. Pas de marge bien sûr ».

Près d’une quarantaine de collaborateurs sont mobilisés par roulement en fabrication. « Masques, gants, solutions hydro-alcooliques, distance de sécurité sont mis en œuvre. Mais je salue leur engagement volontaire », souligne-t-elle. Pour le moment, le stock de l’entreprise en alcool, glycérine ou peroxyde d’hydrogène, ingrédients recommandés par l’OMS, permet de faire face.

Pénurie possible de composants ou contenants

Mais la dirigeante attire l’attention sur le risque de pénurie de ces matières premières ou des flacons. « L’État, via les hôpitaux, peut aider à réquisitionner ces produits », plaide-t-elle. Même élan de solidarité chez Version Organique, spécialiste de cosmétiques bio dans le Tarn, et ses six salariés. « Les demandes affluent. Je ne pensais au départ qu’approvisionner la pharmacie du coin. Mais très vite, beaucoup d’autres ou des infirmières libérales nous ont sollicités. Nous contingentons désormais. Notre capacité maximale est d’une tonne par jour, avec 4000 à 5000 flacons de 500 ml en stock. Le risque est de tomber en rupture de pompes. La réglementation de la formule a aussi évolué pour éviter une rupture d’approvisionnement en alcool, passé de plus de 60% à un taux plus bas, ou en limitant le peroxyde d’hydrogène », explique Anne-Charlotte Barlerin, fondatrice de Version Organique.

Vente au prix réglementaire

Ibbeo Cosmétiques à Montauban vient de livrer près de 150 flacons de 100 ml de solution hydro-alcoolique au centre médical du Cardié à Foix. « Nous avons réorganisé notre production de cosmétiques bio en gel hydro-alcoolique exclusivement depuis quinze jours. Nous vendons au prix réglementaire sur notre site, aux pharmacies ou Ehpad. La rentabilité n’est pas la question pour nous. C’est le devoir de protéger les gens qui nous anime », explique Bérénice Launay, responsable projets d’Ibbeo Cosmétiques.

Enfin, dans son usine de Soual dans le Tarn, le laboratoire Pierre Fabre a converti sa ligne de production de shampooing Klorane en flacons de 100 ml en gel hydro-alcoolique désormais commercialisé sous la marque Ducray. « Nous allons fabriquer près de 30 tonnes au minimum, disponibles dès fin mars ou début avril dans les pharmacies clientes du groupe », confirme une porte-parole du Groupe Pierre Fabre. La suite dépendra là aussi de la capacité d’approvisionnement en composants.
Isabelle Meijers

Sur la photo : Le Groupe Berdoues alimente le CHU de Toulouse en flacons de 500 ml de gel hydro-alcoolique. Crédits : Groupe Berdoues - DR.

Réagir à cet article

Source : https://www.touleco.fr/En-Occitanie-des-laboratoires-cosmetiques-reorientent-leur,28358