Immobilier. Foncière Bellevilles, nouvel acteur de la construction durable et solidaire

Fondée en 2019, Foncière Bellevilles a déjà bouclé deux tours de table. Elle porte une vingtaine de projets dans toute la France et vise un premier chiffre d’affaires de 700.000 euros.

Ils rêvent de villes plus belles. Alexandre Born, Sébastien de Hulster, François Gendre, Jérémie Loevenbruck et Adrien Ramirez, sont les cofondateurs de la foncière immobilière Bellevilles, agréée Entreprise solidaire d’utilité sociale (Esus) et basée à Toulouse. Leur crédo ? « Notre thématique ,c’est la réactivation des centres-villes, des villes moyennes, des banlieues, des villages… Par des opérations d’acquisition, de rénovation, de programmation », indique Adrien Ramirez.

Concrètement, ces jeunes entrepreneurs, pour la plupart formés sur les bancs de l’Insa Toulouse, rachètent ou investissent dans des lieux à réhabiliter et leur donnent de nouvelles fonctions. Comme à Toulouse, avec la grande halle de la Cartoucherie, tiers-lieu en devenir. Un projet dans lequel Foncière Bellevilles, membre du pool d’actionnaires, investit à hauteur de 20 %.

Fondée en novembre 2019 sur fonds propres, la foncière a, depuis, bouclé deux tours de table. « Le premier de deux millions d’euros sur LITA, grâce à du financement participatif, le second d’un million d’euros auprès d’investisseurs institutionnels », précise le cofondateur.

Des projets inclusifs, mixtes, écologiques

Les entrepreneurs, tous originaires d’Occitanie, ont basé leur siège social à Toulouse, mais ils multiplient les projets dans toute la France. « Nous en comptons actuellement une vingtaine en cours de développement en Occitanie, en Ile-de-France ou encore au Havre, et tablons sur un premier chiffre d’affaires de 700.000 euros grâce à un modèle économique basé sur les loyers perçus, mais aussi des recettes d’opérations de promotion et des missions conseils auprès des collectivités. »

Par exemple, à Toulouse, quartier Croix Daurade, Bellevilles a racheté le Clos Jacquin, un centre commercial en perte de vitesse que son ancien propriétaire envisageait de démolir. Ils l’ont rénové et réaménagé pour y proposer de nouveaux commerces, mais aussi des services de proximité avec l’aide de Pallanca et de la mairie de quartier. Au centre-ville, quartier Arnaud Bernard, ils s’apprêtent à racheter les murs du café associatif l’Escabel pour y maintenir l’activité.

À Albi, c’est une ancienne école du centre-ville, inoccupée depuis 2016, qu’ils transforment en appartements familiaux, ateliers d’artistes et commerces. Dans l’Aveyron, enfin, ils se sont associés pour racheter le château de Monfranc, à Arvieux, qu’ils réhabilitent pour en faire un laboratoire rural de la transition écologique et sociale, avec une offre d’hébergement temporaire. Le projet, qui bénéficie d’une aide de 150.000 euros de la Région, dans le cadre des fonds Feder, représente un investissement de plus de 800.000 euros. « Tout ceci illustre parfaitement nos convictions », résume Adrien Ramirez. Nous essayons de redynamiser des lieux qui ont déjà une histoire. »
Béatrice Girard

Sur la photo : Les fondateurs de Foncière Bellevilles portent des projets inclusifs, mixtes et écologiques dans toute la France. Crédit : Hugues Le Romancer-Evidence pour Foncière Bellevilles.

P.S. :

Tous les jeudis, retrouvez l’actualité de l’immobilier en Occitanie sur touleco.fr.

Réagir à cet article

Source : https://www.touleco.fr/Immobilier-Fonciere-Bellevilles-nouvel-acteur-de-la-construction,32880