Municipale à Toulouse : Quentin Lamotte veut faire entrer le RN au Capitole

Le programme du Rassemblement National à Toulouse n’est pas encore ficelé. Mais Quentin Lamotte, tête de liste du parti dans la Ville rose, a toujours comme objectif d’entrer au conseil municipal. Une ambition portée par les scores du RN aux dernières élections.

C’est peu dire que Quentin Lamotte attend la sortie d’un sondage avec impatience. Celui qui espère toujours « entrer au Capitole » assure qu’une « dynamique s’est créée » et veut croire aux chances du Rassemblement National d’avoir des élus au mois de mars. Quoi qu’il en soit, il ne valide pas l’hypothèse d’un Toulouse imperméable aux thèses de son parti et avance pour cela les scores obtenus aux élections régionales, départementales et européennes. « Ma stratégie est de réunir sur ma candidature les électeurs traditionnels du RN et d’ouvrir à la droite, puisque Moudenc s’oriente vers le centre gauche avec LREM », explique la tête de liste, conscient cependant que l’élection municipale est un scrutin à part. En l’état actuel des choses, Quentin Lamotte pense pouvoir entrer dans une quadrangulaire au second tour avec le maire sortant Jean-Luc Moudenc, la liste UNE et Archipel Citoyen.

Toulouse tournée vers l’économie de la connaissance

Pour atteindre son objectif, le candidat souhaite présenter « un programme clair ». Sur le plan économique, il estime qu’il y a énormément de chose à faire. S’il n’a pas le « Airbus honteux » dénoncé par Jean-Luc Moudenc chez certains candidats, il juge qu’il faut anticiper le futur. « Je souhaite par exemple élargir l’action de l’Oncopole au-delà du cancer, à toutes les sciences du vivant », explique-t-il notamment. Poursuivant la lecture de ses notes, le candidat du RN évoque la smart city, qu’il veut développer davantage, et adresse une nouvelle pique au maire sortant « qui a fait beaucoup de com’ là-dessus sans que l’on voit beaucoup d’avancées ».

Pour lui, cette ville intelligente doit se nourrir de l’intelligence artificielle, de silver economy, des grids énergétiques pour que Toulouse réponde aux enjeux écologiques tout en étant une « ville facile à vivre pour tous ». « Il faut mener une veille mondiale pour s’inspirer des bonnes choses qui se font ailleurs. Regarder par exemple les villes asiatiques », estime Quentin Lamotte. Jean-Luc Moudenc a des projets du XXe siècle. Il n’est pas tourné vers l’économie de la connaissance. »

Des projets de transports ambitieux mais non chiffrés

Côté infrastructures, le candidat du RN veut prolonger le tramway jusqu’à la gare. Un projet baptisé TAG (Tram Aéroport Gare), « qui est un projet mixte de transports, d’urbanisme, d’écologie et d’économie et qui serait un complément de Teso ». La ligne T2 irait jusqu’à Matabiau avec une partie en site propre en couvrant les voies ferrées entre Camille Pujol et la gare. Selon Quentin Lamotte, cela libérerait trois hectares de terrain pour faire un parc. Interrogé sur le coût d’une telle opération, il répond que le chiffrage est en train d’être finalisé et que le programme définitif sera prêt fin février. Ce projet se doublerait d’un véritable quartier d’affaires, « un peu dans l’idée de Teso mais en allant au bout des choses. Quand on voit ce que Moudenc a fait à Montaudran… »

« Pas convaincu par le tracé » de la troisième de métro, il juge cependant qu’il faut avancer compte-tenu du retard pris sur les transports. Quentin Lamotte veut par ailleurs prolonger les lignes A et B dans la métropole et n’exclut pas le projet de RER toulousain. « Il faudra voir l’état des finances, car je ne veux pas augmenter les impôts », précise-t-il.

S’il a participé aux débats organisés par France Bleu, Quentin Lamotte a choisi de mener une campagne différente des autres candidats à la mairie de Toulouse. Pas de local de campagne, qu’il estime être « plus un handicap qu’autre chose », et pas de réunion publique. Il privilégie « le contact direct et les réseaux sociaux qui ont plus d’impact ». Simplement promet-il un meeting avec une personnalité, sans avancer de date.
Paul Périé

Sur la photo : Quentin Lamotte au siège régional du RN, à Balma-Gramont. Crédits : Hélène Ressayres - ToulÉco.

Source : https://www.touleco.fr/Municipale-a-Toulouse-Quentin-Lamotte-veut-faire-entrer-le-RN-au,27992