Tourisme. L’hôtel Mercure de Loudenvielle entre (enfin) en piste

Après des longs mois d’attente, l’hôtel Mercure de Loudenvielle, situé à deux pas du téléphérique qui mène aux pistes de ski de Peyragudes, a pu ouvrir ses portes à la faveur du déconfinement. Explications avec Oreste Traetto, son manager, et Emile Zevaco, co-directrice générale du montalbanais HIS qui gère l’établissement.

Extraverti et enjoué, le manager du nouveau Mercure-Peyragudes Loudenvielle (Hautes-Pyrénées) Oreste Traetto se plie avec enthousiasme au jeu des présentations. Né en Italie, il a débuté au Club Med avant de rejoindre le groupe Accor depuis une vingtaine d’années. Son dernier poste fut bien loin des Pyrénées, au Myanmar. Rapatrié dans son pays natal pour cause de pandémie mondiale, Oreste Traetto n’a pas eu le temps de gamberger bien longtemps pour découvrir la prochaine destination de son odyssée. Hôtels Invests Sports (HIS), qui fait partie d’Accor, cherchait un directeur pour son futur quatre étoiles pyrénéens. Jean-Louis Zevaco, président de HIS, a vite été convaincu par le riche parcours de l’italien. Celui-ci y a vu de son côté, l’occasion d’un nouveau challenge.

« C’est un changement culturel à 360 degrés. Il faisait 40 degrés en Asie du Sud-Est et, à Loudenvielle, il a fait jusqu’à moins 15 degrés ! », souligne le nouveau directeur. Au moment où celui-ci vient d’ouvrir, il défend ardemment son nouvel hôtel « au caractère extrêmement fort, avec une véritable âme ». Il fait aussi avec passion la promotion du restaurant du lieu Les Copains, qui sert dans une ambiance familiale « une extraordinaire garbure ainsi qu’une très bonne planche terre et mer ». Parmi les avantages de son établissement, Oreste Traetto cite « son positionnement près du téléphérique », « ses casiers de ski », « sa piscine chauffée à l’extérieur » et son Spa avec « les produits de la marque Nuxe ».

Tourner la page des confinements

« Certaines personnes hésitent encore à revenir à l’hôtel. Or, nous avons une vie quasiment normale désormais. Hormis le Spa et le hammam interdits d’accès jusqu’au 9 juin, les clients peuvent accéder à tout (restaurant, petit-déjeuner, piscine, etc.), sous-réserve de respecter les distanciations », explique Émile Zevaco, codirectrice générale d’HIS. « Pour s’en assurer, nous devons appliquer dans cette première phase de déconfinement une jauge de 35%. » Côté chiffres, le groupe hôtelier ne se fixe « pas encore d’objectifs », l’enjeu étant d’abord de faire connaître l’établissement dans une situation encore fragile pour le secteur.

« Nous étions très impatients déjà de pouvoir ouvrir cet hôtel. Depuis le 18 décembre, nous étions prêts », estime Émile Zevaco. La vingtaine de collaborateurs embauchés pour faire vivre l’hôtel ont donc attendu cinq mois avant de servir leurs premiers clients. La codirectrice tient à saluer l’action de l’État, qui a permis de traverser la longue période d’incertitude : « Il faut être reconnaissant de l’accompagnement qui a été fait aux professionnels du tourisme. Tout n’a pas été parfait, mais les banques, les Régions et le gouvernement ont globalement bien joué le jeu », affirme Émilie Zevaco. Selon elle, les aides ont participé « à sécuriser l’emploi ».

Le Mercure veut désormais attirer les clients. Pour ce faire, il mise notamment sur des offres découvertes attractives à l’occasion notamment de la fête des Pères. En dehors de ces promotions, il faut compter, dans la période actuelle, environ 150 euros pour une nuit en chambre double.
Matthias Hardoy

Sur la photo : L’établissement, et Émile Zevaco, codirectrice générale d’HIS, groupe qui gère le Mercure de Loudenvielle.Crédit : HIS.

P.S. :

Le groupe hôtelier familial HIS à démarré son activité en 2008 à Montauban et gère une vingtaine d’établissements aujourd’hui (« à raison de deux à trois ouvertures d’hôtels par an », selon Émilie Zevaco, codirectrice générale d’HIS).
Les prochains projets d’ouverture d’hôtels (qui ont été mis en suspens lors de la crise sanitaire) sont un Ibis Styles à Toulouse Labège et un Ibis Styles à Montauban. HIS à enfin un projet à Montaudran. Le promoteur immobilier Cogedim commercialise en effet 10.000 mètres carrés de terrain, prés de la Halle de la Machine.

Réagir à cet article

Source : https://www.touleco.fr/Peyragudes-L-hotel-Mercure-entre-enfin-en-piste,31284