Victime de la crise, la société toulousaine Sigfox n’échappe pas au plan social

Même les start-up peuvent avoir du mal à décoller. Dans le secteur chahuté de l’internet des objets, l’entreprise Sigfox, fondée par Ludovic Le Moan à Labège près de Toulouse, revoit ses ambitions à la baisse et réduit la voilure. En cause, la crise qui aurait mis à mal son modèle économique.

Sigfox, société spécialisée dans la connectivité des objets, vient de lancer un Plan de sauvegarde de l’emploi (PSE) afin de réduire ses coûts. Sur les quarante-sept suppressions de postes, vingt-cinq sont des départs volontaires. L’entreprise dirigée par Ludovic Le Moan justifie ce plan social « par la crise économique, conséquence de la pandémie de Covid-19 », fait savoir la direction. L’effectif devrait ainsi passer à 320 personnes. En 2018, l’entreprise employait environ 400 salariés.

En 2018, celle-ci revendiquait un chiffre d’affaires de 60 millions d’euros pour un déficit de 136.000 euros. En atterrissage de sa levée de fonds - 150 millions d’euros annoncés en 2016 - Sigfox ne souhaite pas communiquer sur son chiffre d’affaires actuel. Elle cherche toutefois à mobiliser une nouvelle opération de capitalisation.

La vente du réseau allemand : une opération à part

En revanche, la société a annoncé récemment la vente de son réseau allemand à la société Héliot (qui appartient à 86 % au fonds d’investissement luxembourgeois Cube Infrastructure). Un cash bienvenu, même si « le plan social n’a rien à voir avec cette vente, il ne faut pas lier les deux événements », fait savoir à ToulÉco un représentant de la direction de Sigfox. Le montant de cette cession demeure confidentiel. Sigfox conserverait ses réseaux en France et en Amérique du Nord tandis que, dans les autres pays, elle passe par des partenariats avec des opérateurs.

Toujours selon les chiffres communiqués par la direction, plus de 16,3 millions d’objets sont connectés au réseau de Sigfox. 41 millions de messages sont transmis à travers ces objets tous les jours. Malgré des volumes impressionnants - Sigfox est présente dans soixante-douze pays, soit un marché potentiel de quelque 1,3 milliard de personnes - l’enseigne toulousaine a toujours du mal à équilibrer son modèle. Certes, la crise du Covid-19 pénalise son activité. Mais son marché global a lui aussi du mal à convaincre. L’objectif du milliard d’objets connectés pour 2023 n’est pas encore à l’ordre du jour.
Matthias Hardoy

Sur la photo : l’équipe de Sigfox lors d’une présentation en 2019. Crédits : Sigfox - DR.

Réagir à cet article

Source : https://www.touleco.fr/Un-plan-social-pour-la-startup-Sigfox,29589