​Aéronautique. La sous-traitance entame sa restructuration

Soutenue par le fonds d’investissement Aéro Partenaires, la sous-traitance d’Occitanie se réorganise et se restructure pour anticiper la reprise de l’activité.

À quelques semaines d’intervalle, les PME aéronautiques toulousaines, fortement ébranlées par la crise du secteur liée au Covid-19, annoncent leur restructuration. Mecachrome ​prend​ ​les devants. Le fabricant de pièces de structures et de moteurs d’avion inform​e​ avoir racheté Hitim​, une PME qui produit pour Safran des axes de trains d’atterrissage et des arbres de moteurs d’avion​.
Puis c’est au tour de Latécoère. Cet équipementier centenaire​, dédié aux tronçons de fuselage et portes d’avions, lance un plan de recapitalisation de 222 millions d’euros, en très grande partie financé par son actionnaire, le fonds Searchlight Capital Partners, nanti de nouveaux prêts garantis par l’État (PGE) pour 130 millions. 
Pour anticiper la reprise, Satys Aerospace, spécialiste de la protection de surface, lève 40 millions d’euros pour asseoir ses activités. Les PME Ventana et Nexteam se marient via une fusion capitalistique soumise à l’approbation de l’Autorité de la concurrence.

WeAre Group reprend deux fonderies

Dernière annonce en date, celle de WeAre Group, le vendredi 5 novembre. Ce gros fabricant de pièces techniques né du rachat de plusieurs sous-traitants en 2016​, situé à Montauban (Tarn-et-Garonne), reprend deux entreprises : Taramm et Gamma-Tial. La première est une fonderie de précision en titane, inconel et alliages à haut point de fusion, installée à Mazères en Ariège, qui fabrique des pièces moteurs pour Safran Aircraft Engines. Cette entreprise, qui a perdu 60% de son chiffre d’affaires avec l’arrêt de la production du 737 Max de Boeing, a été placée sous procédure de conciliation. Gérée par des administrateurs judiciaires, elle a mis en place un plan de sauvegarde de l’emploi (PSE)​ : 49 emplois ont été ​supprimés sur un effectif total de près de 80 collaborateurs.

Gamma-Tial, une fonderie à la cire perdue située à Richelieu (Indre-et-Loire), a subi des revers identiques. Elle s’est séparé​e​ d’une vingtaine de postes pour en conserver, à peine, une quinzaine. Désormais, le groupe​ WeAre​ compte douze sites de production, dont huit en France, trois au Maroc et un en Tunisie​ et​ vise les 220 millions d’euros de chiffre d’affaires​ en 2024.​

Cinq opérations menées par le fonds d’investissement aéronautique

Le principal artisan de cette nouvelle vague de restructuration est la société d’investissement Ace Capital Partners, filiale de Tikehau Capital, via le fonds Aéro Partenaires. Créé en juin 2020 avec l’État français, Airbus, Safran, Dassault Aviation et Thales​, ce​ fonds, dédié au sauvetage et à la restructuration de la filière aéronautique française et doté aujourd’hui de 750 millions d’euros, a déjà réalisé ​cinq​ rachats ou prises de participations depuis janvier dernier.

« D’autres opérations sont à venir », précise Marwan Lahoud​, président d’Ace Capital Partners, citant la recapitalisation en cours de Figeac Aéro ou encore le rachat par un consortium formé par Airbus, Safran et Ace Capital Partners​ de Aubert & Duval. Cette filiale​ du groupe minier Eramet​, qui fournit des matériaux et pièces critiques, ​est ​présente en Occitanie, avec un site de production à Pamiers (Ariège)​. Elle emploie en tout 3500 salariés, principalement en France.
Audrey Sommazi

Sur la photo : La chaîne de production de Latécoère qui fabrique un fuselage. Crédit : Rémy Gabalda-ToulÉco. 

P.S. :

Tous les lundis, retrouvez l’actualité de l’aéronautique régionale sur touleco.fr.

Réagir à cet article

Source : https://www.touleco.fr/%E2%80%8BAeronautique-Debut-des-grandes-manoeuvres-dans-la-sous,32455