​Aéronautique. Depuis le Lot, Ratier-Figeac prépare l’hélice du futur

La crise du Covid-19 n’a pas freiné les ambitions de l’hélicier centenaire Ratier-Figeac qui vient d’inaugurer sa nouvelle usine dédiée aux hélices nouvelle génération pour avions militaires et civils.

La crise n’aura pas eu raison du projet. Le plan d’investissement de 32 millions d’euros de Ratier-Figeac dans son nouveau centre d’excellence a été maintenu malgré les turbulences qui ont secoué l’aéronautique. L’entreprise lotoise de 1250 salariés, propriété de l’américain Collins Aerospace (groupe Raytheon Technologies), a inauguré vendredi 29 octobre son nouveau centre d’excellence pour hélices d’avions.

Pour ce sous-traitant, qui fabrique des hélices pour les avions régionaux d’ATR et les avions militaires, cet investissement est stratégique. « Nous préparons la génération à venir et développons de nouvelles briques technologiques pour des hélices du futur, plus performantes et plus efficaces énergétiquement », explique Jean-François Chanut, président de Ratier-Figeac et directeur général de Propeller Systems, la division de Collins Aerospace comprenant Ratier-Figeac, un site au Maroc et un troisième aux États-Unis.

Dans ces deux nouveaux bâtiments, d’une superficie totale de 3000 m², équipés de bancs de tests et de validation, une centaine de salariés travaillent déjà à l’amélioration des performances des hélices. Cet effectif, amené à monter en ​« ​puissance en fonction des programmes », optimise l’aérodynamisme, le poids de l’hélice, sa consommation de carburant ou encore le bruit.

Réembauches engagées

Ce poids-lourd de l’aéronautique, fondé en ​1904, n’est pas passé au travers des mailles de la crise. Face à ​la baisse de l’activité civile, il s’est séparé d’une centaine de personnes en CDD et en intérim​. Son​ chiffre d’affaires est passé de 530 millions de dollars (456 millions de d’euros) en 2019 à 430 millions de dollars (370 millions d’euros) en 2020. « Avant la crise, la part du militaire était de 40%. Elle est de 60% aujourd’hui », poursuit le président. Les activités de maintenance des hélices des A400M et celles de retrofit des C-130H de l’US Air Force ​ont permis de traverser le trou d’air. ​

Aujourd’hui, l’horizon se dégage pour Ratier-Figeac, qui a embauché une cinquantaine de personnes depuis l’été​ dernier. « Nous avons une visibilité de six à dix mois. L’activité militaire se maintient et l’activité civile remonte avec l’A320​ »,​ observe Jean-François Chanut, qui précise qu’une cinquantaine de personnes supplémentaires sera appelée à conforter les équipes dans les mois à venir.
Audrey Sommazi

Sur la photo : Jean-François Chanut, président de Ratier-Figeac, et Jean Castex, Premier ministre, lors de l’inauguration du centre d’excellence, le vendredi 29 octobre. Crédits : Collins Aerospace.

P.S. :

Tous les lundis, retrouvez l’actualité de l’aéronautique régionale sur touleco.fr.

Réagir à cet article

Source : https://www.touleco.fr/%E2%80%8BAeronautique-Depuis-le-Lot-Ratier-Figeac-prepare-l-helice-du,32447