Alerte rouge : « Une action festive pour tirer la sonnette d’alarme »

La filière événementielle lance son initiative nationale « Alerte Rouge ». Dans tout le territoire, les professionnels se mobilisent avec des actions symboliques. Mercredi 16 septembre à 20 heures, plusieurs lieux emblématiques de Toulouse seront ainsi éclairés. À 22 heures, prestataires et entreprises du secteur se retrouveront dans la salle du Bikini pour dialoguer et exprimer leurs revendications. Explications avec Laurent Chabaud, directeur de l’agence Concept Group et représentant du syndicat des prestataires techniques et audiovisuels Synpase.

Laurent Chabaud, quelles sont les raisons de l’inquiétude des professionnels de l’événementiel et du spectacle ?
Je représente le Synpase, le Syndicat national des prestataires techniques de l’audiovisuel scénique et événementiel. Sans nous, il n’y a par exemple pas de sonorisation, d’éclairage ou de vidéos des événements professionnels, culturels et sportifs. Or, nous avons été très impactés par la crise sanitaire. Depuis mars, nous avons enregistré plus de 90 % de pertes d’exploitation et les perspectives ne sont pas bonnes pour 2021, avec des estimations de 80 % de pertes d’exploitation. Si aucun soutien n’est apporté, une entreprise sur deux pourrait disparaître dans les six mois et la quasi-totalité en un an. Des milliers d’emplois seraient concernés. Nous voulons donc alerter sur cette situation. À Toulouse, l’événementiel et le spectacle font vivre environ 9000 personnes : 3000 employés en CDI et 6000 indépendants ou intermittents.

Concrètement, que devrait faire l’État ?
Nous n’allons pas bénéficier des deux milliards du plan de relance annoncé par la ministre de la Culture Roselyne Bachelot. Ils vont aller en très grande majorité aux institutions publiques ou subventionnées. Sur le milliard de pertes d’exploitation, il faudrait que l’État verse 400 millions d’euros aux entreprises du secteur. Comme de nombreuses entreprises, nous avons pu bénéficier des prêts garantis par l’État (PGE) et des exonérations de charge, mais c’est très loin d’être suffisant.

Pourquoi cette action symbolique d’illuminer certains lieux de la ville ?
Déjà pour montrer notre savoir-faire technique à la population. Mais c’est aussi pour mettre en lumière des lieux (le Conseil départemental, le Conseil régional, la Chambre de commerce et d’industrie d’Occitanie, la Halle de la Machine, l’hôtel Pullman, le Bikini…) qui sont autant victimes de la crise que nous et doivent diminuer leur budget communication ou événementiel. Nous n’allons illuminer que des lieux qui travaillent avec nous, qui nous comprennent et nous soutiennent. C’est une action pacifique et festive pour tirer la sonnette d’alarme !
Propos recueillis par Matthias Hardoy

Sur la photo : Le Meet de Toulouse fait partie des structures impactées. Crédit : DR.

Réagir à cet article

Source : https://www.touleco.fr/Alerte-rouge-Une-action-festive-pour-tirer-la-sonnette-d-alarme,29457