Ce mercredi, coup d’envoi des soldes : les commerçants de Toulouse ont le moral

Les commerçants indépendants sont confiants pour les soldes d’hiver. A Toulouse, elles dureront jusqu’au 8 février, ce qui leur permettra d’écouler les stocks, mais surtout de lancer la collection été.

« Il y a dix ans, avec les soldes, on réalisait 30 % de notre chiffre d’affaires. On ne pouvait pas faire ce qu’on voulait. Il y avait une réglementation qui empêchait cette déloyauté », se souvient Line Dourneau, gérante de la boutique Bonnie and Clyde, rue du Coq d’Inde, à Toulouse, faisant allusion aux ventes privées pratiquées par certaines enseignes, parfois en décembre. Malgré ce « vol manifeste de ces enseignes qui ne jouent pas sur les mêmes volumes et les mêmes prix » que les boutiques indépendantes de prêt-à-porter, Line Dourneau affiche une mine réjouie et sereine.

Pour cette commerçante avec 25 ans d’expérience professionnelle, les soldes, qui débutent ce mercredi 12 janvier, sont l’occasion d’écouler les stocks avant la fermeture pour travaux de cette boutique féminine multimarques à partir de février. « Mes articles permanents et intemporels ne sont pas soldés. Mais les autres oui, avec des remises en cascade. Ce qui signifie que le premier article est vendu à -30 %, deux pièces à -40 %, trois pièces à -50 % », précise-t-elle, avant d’ajouter : « Avec les soldes nous sommes sur des petites marges. On fait de la trésorerie que l’on investit dans de nouveaux achats. »

La collection d’été est, aussi et déjà, dans la tête de Marc Llorens, propriétaire des trois boutiques Rendez-vous, toutes situées rue Bouquières, et du site internet marchand du même nom. « Il nous reste des fins de série que nous allons liquider auprès d’une clientèle grand public, qui dispose d’un porte-monnaie moins important que notre clientèle fidèle, qui elle, attend déjà les nouveautés », explique le gérant de cette enseigne multimarques au positionnement « atypique ». « Nous vendons des marques d’artisans créateurs de niche et en petite série, à une clientèle du monde entier. » Loin de la fast fashion.

« Il faut que chacun fasse des efforts à certaines périodes »

À deux jours des soldes, Laurent Lopez, le gérant de la boutique pour homme L’Observatoire, rue des Arts, est à Florence, en Italie, pour le travail. Lui aussi estime que les soldes ont « un impact financier moindre ». « C’est plus difficile qu’il y a 30 ans », admet celui qui veut « se battre ». Car comme le rappelle cet élu à la commission commerce de la Chambre de commerce et d’industrie de Toulouse et président de l’association des commerçants des rues Croix-Baragnon et des Arts : « Le commerce souffre. Les manifestations contre le barrage Sivens, les Gilets jaunes et les antivax pénalisent le centre-ville. L’autre difficulté est de pouvoir aussi assumer un loyer colossal. »

Pour autant, dit-il, « il faut arrêter de se trouver des excuses, anticiper et regarder l’avenir ». Laurent Lopez plaide pour la redynamisation du centre-ville avec la création d’événements, et l’ouverture des boutiques entre midi et deux heures et le lundi. « Je sais que ce n’est pas pratique pour tout le monde mais il faut que chacun fasse des efforts à certaines périodes. »
Audrey Sommazi

Sur la photo : Le début des soldes d’hiver est prévu pour ce mercredi 12 janvier - archives. Crédits : Valentine Chapuis - ToulÉco.

Réagir à cet article

Source : https://www.touleco.fr/Ce-mercredi-coup-d-envoi-des-soldes-les-commercants-de-Toulouse,32965