Législatives 2022. En Occitanie, comment a voté votre département ?

Percée de la Nupes dans les villes et du RN dans les campagnes. Si les résultats de ce premier tour des législatives ne sont pas aussi tranchées en région Occitanie, ils sont quand même le témoin d’une véritable tendance : le parti de Jean-Luc Mélenchon, porté par la Nupes (Union de la gauche) a réussi à s’imposer au premier tour dans de nombreuses batailles. La majorité présidentielle est à la peine dans plusieurs circonscriptions.

Les bons résultats de la Nupes au niveau national se confirment en Occitanie, avec des percées importantes dans des départements historiquement à gauche. Mais si la majorité présidentielle parvient à résister dans certaines circonscriptions, c’est bien la montée du RN qui se confirme, notamment dans les départements de l’ex-Languedoc-Roussillon, mais pas seulement...

En Ariège, LFI marque son empreinte
Dans les deux circonscriptions du département, les candidats LFI reviennent en force. Ainsi, Bénédicte Taurine (Nupes) arrive en tête à Foix avec 33,12 % des voix, devant la candidate de la majorité présidentielle (Ensemble) Anne-Sophie Tribout (19,96 %). Dans la deuxième circonscription, la gauche qualifie deux candidats pour le second tour : le sortant Michel Larive (29,05 %) de la Nupes, et Laurent Panifous (21,79 %), soutenu localement par le PS. À noter que la candidate RN Bérengère Carrie loupe de peu la triangulaire.

Percée du RN confirmée dans l’Aude
Arrivé en tête au premier tour de la présidentielle, le RN confirme son score, avec une première place dans les trois circonscriptions. Dans la première, Christophe Barthès, le chef de fil du parti de Marine Le Pen, devance de quatre points la candidate socialiste investie par la Nupes, Sophie Courrière-Calmon.
Dans la deuxième circonscription, Frédéric Falcon remporte 28,13 % des voix et s’oppose à Alain Perea, le seul député sortant Renaissance-Ensemble en capacité de conserver son poste.
Dans la troisième circonscription, avec 28,45 %, Julien Rancoule dépasse d’une courte tête Johanna Adda-Netter (25,80 % des voix), la candidate LFI-Nupes. La députée sortante Renaissance, Mireille Robert, n’est pas en mesure de se maintenir avec 11,83 % des suffrages des inscrits.

Aveyron : trois duels Ensemble / Nupes
Dans ce département rural, traditionnellement à droite, trois duels Ensemble / Nupes auront lieu dimanche prochain. Dans la 1re circonscription, le député sortant Stéphane Mazars arrive largement en tête avec 42,46 % des voix. Son adversaire Léon Thébault, candidat EELV-Nupes de 21 ans, a obtenu 21,55 % des suffrages.
Avec 27,78 % des voix, Laurent Alexandre, candidat LFI-Nupes, devance dans la 2e circonscription Samuel Deguara de Renaissance-Ensemble (22,60 % des voix), qui succède à Anne Blanc, la député sortante ne briguant pas un second mandat.
Dans la 3e, laissée vacante à la suite de la démission d’Arnaud Viala, le député LR élu en 2017, Michel Rhin, candidat LFI-Nupes, obtient 27,09 % des voix devant son adversaire d’Ensemble, le médecin Jean-François Rousset (25,14 %).

Dans le Gard, le RN sur tous les fronts
Six circonscriptions, et soixante-huit candidats : le Gard reste un des départements où la bataille politique est toujours dure. Dans les quatre premières circonscriptions, le RN fait la course en tête. Dans la première, Yoann Gillet (patron départemental du RN) arrive largement en tête (31,64 %). Il sera opposé à la député sortante Françoise Dumas (Renaissance - Ensemble) qui se qualifie avec 25,21 % des voix.
Dans la deuxième, le député sortant RN Nicolas Meizonnet (suppléant de Gilbert Collard en 2017) arrive aussi largement en tête avec 35,39 % des scrutins. Il sera opposé à Yvan Lachaud (Horizons - Ensemble) qui a mobilisé 23,05 % des voix.
Dans la troisième, le RN est en tête : Pascale Bordes (30,08 %) vient bousculer le député sortant, Anthony Cellier (Ensemble) qui, avec 26,77% des voix, sera du second tour.
Dans la quatrième, Pierre Meurin (RN) est également en tête avec 30,56 % des scrutins. Il sera opposé à Arnaud Bord, de la Nupes, qui décroche 26,58 %.
Le rapport de force s’inverse dans la cinquième et la sixième circonscription où ce sont des candidats Nupes qui arrivent en tête : Michel Sala sera opposé au RN Jean-Marie Launay et Nicolas Cadène affrontera Philippe Berta (Ensemble).

Dans le Gers, Jean-René Cazeneuve fait la course en tête
Ancien socialiste et député LREM depuis 2017, Jean-René Cazeneuve arrive en tête du premier tour avec 31,49 % des votants. Il sera opposé la semaine prochaine à Pascal Levieux, de LFI-Nupes (25,44 %). Derrière eux, les électeurs de Jean-Luc Yelma (RN) et de Sylvie Theye (PRG), joueront les arbitres, puisqu’ils ont totalisé à eux deux plus de 30% des suffrages exprimés.
Même cas de figure dans la deuxième circonscription où David Taupiac (divers gauche, soutenu par Carole Delga) devance Maëva Bourcier (Ensemble). Mais celui-ci pourra compter sur le soutien des électeurs de la Nupes, leur candidate Françoise Dubos étant arrivée en troisième position (17,52 %).

En Haute-Garonne, la vague Nupes
Cinq ans après la vague macroniste, tout change en Haute-Garonne. L’alliance de la Nupes a réussi son pari. L’union de la gauche arrive en tête et sera présente dans tous les duels dimanche prochain face aux candidats de la majorité présidentielle. Le Rassemblement national se qualifie pour le second tour dans une seule circonscription ( la huitième). Notre article complet est à retrouver ici.

Dans l’Hérault, lourdes pertes du côté de Renaissance

Renaissance perd de nombreuses batailles dans l’Hérault.
Dans l’Hérault, les élections se suivent et ne se ressemblent pas. Neuf députés sont à élire dans ce département où le RN progresse chaque année un peu plus. Mais l’alternative proposée par la Nupes promettait de rebattre quelques cartes. Et ça n’a pas manqué, avec un grand nombre de députés sortants Renaissance éliminés dès le premier tour.

Ainsi, dans la première (Sud de Montpellier), la députée sortante Ensemble Patricia Mirallies est devancée par Julien Colet (LFI-Nupes) 24,83 % contre 26,94 %.
Dans la deuxième (centre de Montpellier), c’est un raz-de-marée Nupes : Nathalie Oziol, investie LFI-Nupes, rafle 40,37 % des voix et s’opposera à Annie Yague (Ensemble) (18,52 %). Déception pour la députée sortante Muriel Ressiguier (LFI) qui s’était présentée en dissidente de la Nupes.
Dans la troisième, où la député sortante ne se représentait pas, Laurence Cristol (Ensemble) et Julia Mignacca (Nupes) sont dans un mouchoir de poche. Seule une quarantaine de voix les séparent !
Dans la quatrième, pas moins de neuf candidats mais seulement deux finalistes : Sébastien Rome (Nupes) arrive devant la RN Manon Bouquin (28,06 % contre 22,71 %). Le député sortant Jean-François Eliaou (Ensemble) est éliminé.
Dans la cinquième, territoire rural acquis à Marine Le Pen, la candidate RN Stéphanie Galzy arrive en tête (28,13 %) et sera opposée à Pierre Polard (LFI-Nupes) (24,32 %). Le député sortant Ensemble Philippe Huppé, est éliminé dès le premier tour.
Dans la sixième, peu de suspense : la députée sortante Emmanuelle Ménard (divers droite et femme du maire de Béziers Robert Ménard) mobilise 45,76 % des votants. Elle sera opposée à Magali Crozier-Daniel, de la Nupes (17,05 %).
Dans la septième circonscription, qui compte Agde et Sète, le RN Aurélien Lopez Liguori fait la course en tête (31,03 %). Il sera opposé à Gabriel Blasco de la Nupes (21,75 %). Le député sortant Renaissance - Ensemble Christophe Euzet est éliminé
Dans la huitième, le député sortant Renaissance ne se représentant pas, le deuxième tour verra s’affronter le Nupes Sylvain Carriere (29,35 %) au candidat RN Cédric Delapierre (24,92 %).
Enfin, dans la neuvième, le député sortant Patrick Vignal (ancien PS et LREM) est en ballotage défavorable face à Nadia Belaouni (Nupes) 23,93 % contre 24,6 %. Le RN Frédéric Bort, malgré ses 21,22 %, ne parvient pas à s’imposer pour le deuxième tour.

Dans le Lot, Aurélien Pradié en tête dans la première circonscription
Figure nationale du parti LR, Aurélien Pradié arrive en tête dans la première circonscription avec 45,46 % des suffrages. Il sera opposé à Elsa Bougeard de la Nupes (22,26 %) lors du deuxième tour. Dans la deuxième circonscription, la Nupes se maintient (23,73 %) et est au coude à coude avec le partie Ensemble (23,7 %) et le candidat divers gauche Christophe Proença (23,16 %), soutenu par la présidente de Région Carole Delga.

En Lozère, onze candidats pour un seul fauteuil
Onze candidats tentent de ravir le siège détenu dans la seule circonscription de Lozère par le député UDI Pierre Morel A L’Huissier. Et la candidate de la Nupes, Sandrine Descaves, pourrait bien y arriver. Elle arrive en première position avec 25,41 % des suffrages contre 18,74 % pour le député sortant. Reste à savoir comment vont se comporter les électeurs pour le deuxième tour dans un fief historiquement tenu par la droite, et où la gauche a désormais peu de réserves de voix.

Dans les Hautes-Pyrénées, Nupes et Ensemble au coude-à-coude
Dans la première circonscription, Jean-Bernard Sempastous, le député sortant Ensemble, n’est pas parvenu à l’emporter. Avec 23,55 % des voix, il s’est fait dépasser par la candidate Nupes Sylvie Ferrer (24,69 % des suffrages).
Dans la seconde circonscription, Benoît Mournet, candidat de la majorité présidentielle, est arrivé en tête avec 23,75 % des suffrages. L’ancien sous-préfet à la relance auprès du préfet de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur devance avec 23,75 % des votes Grégory Korn, candidat Nupes qui, lui, a rassemblé 22,95 % des voix.

Dans les Pyrénées-Orientales, Le RN en tête dans toutes les circonscriptions
Quatre femmes représentent le parti de Marine Le Pen dans les circonscriptions des Pyrénées-Orientales, toutes les quatre soutenues par le maire de Perpignan Louis Aliot. Celui-ci, qui ne cachait pas son ambition de constituer un groupe parlementaire, est en passe de réussir son pari. En effet, elles arrivent toutes les quatre en tête au premier tour, avec parfois plus de 10 points d’avance sur leurs concurrents. Ainsi, dans la deuxième circonscription, Anaïs Sabatini décroche 37,62 % des voix, loin devant la candidate Ensemble, Frédérique Lis, qui ne mobilise que 20,49 % des scrutins.

Dans le Tarn, le retour de la gauche
Dans les trois circonscriptions du Tarn aussi, la Nupes arrive en tête et la majorité sortante perd déjà le siège de la première, puisque le deuxième tour opposera Gérard Poujade, LFI-Nupes (21,37 %), au RN Frédéric Cabrolier (20,18 %). La député sortante Muriel Roques-Etienne (Ensemble) ne décroche que 19,29 % des voix.
Dans la deuxième, Karen Erodi (Nupes) et Marie-Christine Verdier-Jouclas (Ensemble) sont au coude-à-coude. Elles s’affronteront dans une triangulaire, Julien Bacou (RN), s’étant invité au deuxième tour avec 23,68 %.
Enfin, pour la troisième circonscription du Tarn, Julien Lassalle (Nupes) et Jean Terlier (Ensemble) sont dans un mouchoir de poche (22,27 % contre 22,22 %). La bataille sera rude pour le deuxième tour.

Percée du RN dans le Tarn-et-Garonne
Le Rassemblement national réussit à placer deux candidats au deuxième tour dans le département du Tarn-et-Garonne. Dans la première circonscription, Pierre Poma (RN) arrive deuxième (22,44 %) et sera opposé à la député sortante Valérie Rabault (Nupes), qui l’emporte largement avec 33,33 %. Député sortante depuis 2012, la socialiste est bien partie pour conserver son siège.
Dans la deuxième circonscription, en revanche, la bataille sera plus difficile puisque Marine Hamelet (RN) se qualifie pour le deuxième tour avec 31 % des suffrages. Elle sera opposé à Christian Astres (Renaissance - Ensemble), à la traîne avec 20,58 % des voix. La surprise vient de la défaite de Sylvia Pinel (PRG). La députée sortante échoue de peu avec 20,19 % et ne peut se maintenir au deuxième tour, faute d’avoir rassemblé 12,5 % des inscrits.
Audrey Sommazi et Martin Venzal

Photo d’illustration - Valentine Chapuis - ToulÉco

Réagir à cet article

Source : https://www.touleco.fr/Legislatives-2022-En-Occitanie-comment-a-vote-votre-departement,34534