Occitanie. Lourdes se relèvera-t-elle de la crise du Covid-19 ?

Lourdes fait partie, avec la Corse et l’outre-mer, des territoires qui bénéficieront d’aides spécifiques dans le cadre du plan de soutien à la filière touristique. Une lueur d’espoir pour la ville qui n’accueillera aucun pèlerinage international cette année.

Depuis 150 ans, 90 % de l’économie de la cité mariale est organisée autour du Sanctuaire et des pèlerinages de masse. Pourtant, en mars dernier, la crise sanitaire a obligé le site religieux à fermer ses portes pour la première fois de son histoire.
Depuis, les mauvaises nouvelles se sont enchaînées : « les directions de pèlerinages ont décidé en accord avec la direction du sanctuaire d’annuler tous les pèlerinages prévus en 2020 », décrit Christian Gélis, le président de l’Umih65 et vice-président de l’office de Tourisme de la ville, qui qualifie 2020 d’année blanche. « D’ailleurs à ce jour, alors que le sanctuaire a rouvert ses portes, plus de 90 % des hôtels sont toujours fermés, soit un parc de 9800 chambres, et seules quelques boutiques lèvent leur rideau le week-end », observe-t-il. Parmi ces professionnels, ni grand groupes, ni grandes enseignes, mais des TPE et PME familiales qui auront sans doute du mal à se relever.

Une économie exsangue

Lourdes accueille en temps normal 60 % de clientèle étrangère et 80 % de groupes. « Un tourisme de masse qui représente 350 millions d’euros de PIB soit près de 40 % de l’économie touristique des Hautes-Pyrénées » indique l’Umih, et dont l’arrêt brutal pèse aujourd’hui terriblement sur l’économie locale. « Ici c’est un écosystème au sens large qui est à l’arrêt, cela représente 2500 emplois saisonniers, mais aussi les fournisseurs des hôtels et des commerces, les activités de loisirs, les musées, etc. Dans le deuxième cercle, la crise est aussi hyper violente et concerne plus de 5000 emplois. »

En avril dernier, Josette Bourdeu, maire sortante de Lourdes (qui a depuis, jeté l’éponge avant le second tour des municipales du 28 juin prochain) et Christian Gélis ont interpellé le Premier ministre Édouard Philippe sur la catastrophe qui se profile. Quelques jours après, le plan de soutien massif à la filière touristique était annoncé par le Gouvernement et Lourdes y figure (avec La Corse et l’outre mer), en tête des territoires qui feront l’objet de mesures spécifiques.

Tenir le coup jusqu’en 2021

ok-weblourdes1.gif

« Les travaux commencent dès cette semaine, avec les services de l’État, la Région, le Département des Hautes-Pyrénées et l’ensemble du tissu économique. Nous devons bâtir une feuille de route avec deux objectifs : maintenir les entreprises locales en survie jusqu’à la saison 2021 et réfléchir à l’après », décline Christian Gelis, qui plaide notamment « pour des gels de charges à destination des entreprises. Elles ne tiennent le coup aujourd’hui que grâce au PGE et parce qu’elles sont fermées. Pour les saisonniers, il faut imaginer un portage des droits à l’allocation chômage afin que des milliers de gens ne se trouvent pas dans la précarité absolue. »

Rebondir et se réinventer

Autre sujet désormais sur toutes les lèvres, Lourdes pourra-t-elle conserver demain sa dépendance au tourisme religieux ou devra-t-elle se réinventer ? « La diversification semble séduisante, mais ici elle n’a pas trop de sens », tempère Christian Gélis, « car tout est organisé autour de la fréquentation de masse liée au tourisme spirituel. Pourtant sans doute devrons-nous réfléchir à tout ce qui fait la richesse de notre destination autour des sanctuaires. » D’ici là, la cité mariale espère que les vacances en France encouragées pour cet été donneront un filet d’air à la ville pour patienter jusqu’à la saison 2021.
Béatrice Girard

Sur les photos : Pour la première fois en 150 ans, le Sanctuaire de Lourdes a fermé ses portes à cause de la pandémie et annulé tous les pèlerinages internationaux. Un grand nombre de commerces restent fermés. Crédits DR.

Pour en savoir plus

Retrouvez sur France 3 Occitanie le débat sur le deuxième tour des municipales à Lourdes, ce mercredi 24 juin à partir de 18h, en partenariat avec ToulÉco.

Réagir à cet article

Source : https://www.touleco.fr/Lourdes-se-relevera-t-elle-de-la-crise-du-Covid-19,29091