Près de Toulouse, le projet de centre-commercial XXL Val Tolosa enterré

Le Conseil d’État a confirmé l’annulation de l’arrêté préfectoral autorisant la destruction d’espèces protégées, mettant un terme à dix-sept années de procédures contre ce méga centre-commercial aux portes de Toulouse.

Nouveau et ultime rebondissement dans le dossier Val Tolosa. Ce projet de centre commercial de 64.000m² prévu sur le plateau de la Ménude, situé à l’ouest de Toulouse sur la commune de Plaisance-du-Touch (Haute-Garonne), ne verra jamais le jour. Le 27 décembre, le conseil d’État a confirmé l’annulation de l’arrêté préfectoral autorisant la destruction d’espèces protégées datant de 2013. « Nous avons mené un marathon durant dix-sept ans, un combat de longue haleine. Maintenant, nous sommes au bout du bout. On a gagné à l’usure », se réjouit Patrick Gaborit, le coprésident de Non à Val Tolosa, au côté de Thomas Penele.

Dans sa décision, le Conseil d’État a estimé que le projet commercial n’avait « pas d’intérêt public majeur » qui permettrait de justifier la destruction des soixante-six espèces animales et végétales protégées recensées sur cette zone. Parmi lesquelles le rosier de France, la renoncule à feuilles d’ophioglosse ou encore l’œdicnème criard.

187 millions d’euros réclamés aux collectivités et à l’État

Ce collectif, fondé en 2005, date à laquelle le promoteur avait annoncé ce projet, s’est engagé dans une lutte juridique acharnée afin de faire valoir ses arguments. Au premier rang desquels : la valorisation des centres-villes. En tout quatorze décisions ont été rendues contre le centre-commercial, suite au travail de l’avocate toulousaine Alice Terrasse. "Elle a exploité toutes les failles et les trous environnementaux et urbanistiques du dossier, qu’elle porte depuis le début", salue le coprésident.

À lire par ailleurs : Immobilier commercial. À Toulouse comme ailleurs, les grandes surfaces n’ont plus la cote

Conséquence de cette décision : le constructeur-promoteur Unibail-Rodamco-Westfield (URW) est contraint d’enterrer le chantier de construction de son hypermarché et de ses 150 boutiques à dix minutes de Toulouse mais ne lâche pas totalement l’affaire. Il a attaqué, devant le tribunal administratif de Toulouse, en juin 2022, quatre collectivités (Plaisance-du-Touch, la communauté de communes du Grand Ouest toulousain, le syndicat mixte d’études de l’agglomération toulousaine (Smeat), le Département de la Haute-Garonne) et l’État et réclame 187 millions d’euros au titre des préjudices subis. Contacté par ToulÉco, le promoteur n’a pas souhaité réagir.
Audrey Sommazi

Sur la photo : La mobilisation des opposants a porté ses fruits. Crédit : DR.

Réagir à cet article

Source : https://www.touleco.fr/Pres-de-Toulouse-le-projet-de-centre-commercial-XXL-Val-Tolosa,36457