Aéronautique. Mecachrome absorbe le sous-traitant WeAre pour devenir un poids-lourd européen

La filière aéronautique poursuit sa consolidation : c’est au tour des deux sous-traitants Mecachrome et WeAre d’annoncer leur mariage, avec le soutien de ses actionnaires Tikehau Ace Capital et Bpifrance. Objectif : s’imposer comme l’un des cinq plus grands fabricants de pièces en Europe.

Il a fallu un peu plus de huit mois et « des efforts significatifs » des deux parties concernées pour que les sous-traitants aéronautiques, Mecachrome (mécanique de haute précision) et WeAre (fabrication de pièces de petites et moyennes dimensions) annoncent avoir scellé leur union. Ce nouvel ensemble qui conserve le nom de Mecachrome, assure devenir l’un des cinq plus grands fabricants de pièces élémentaires pour l’aéronautique en Europe. « Nous tablons sur un chiffre d’affaires qui passera de 450 millions d’euros en 2022 à 750 millions d’euros d’ici à 2025 », prévoit Pascal Farella, ex-dirigeant de WeAre nommé directeur général délégué. Quant aux effectifs, ils devraient passer de 4000 en 2022 à 6000 salariés à cet horizon.

touleco460.jpg
touleco8448.jpg

Les actionnaires de référence de Mecachrome (Tikehau Ace Capital pour 64,3 % et Bpifrance pour 35,7 %) ont financé le rachat de WeAre dont 16 % étaient déjà contrôlés par Tikehau.
« WeAre avait atteint ses limites en termes de taille, d’enjeux financiers et stratégiques. De plus, la quatrième génération de l’entreprise familiale n’est pas en capacité de reprendre la suite », énumère Pascal Farella. « Pour pérenniser le groupe, il fallait le faire évoluer. »

Focus factories

Pour Christian Cornille qui garde les commandes de Mecachrome en devenant président exécutif du nouveau groupe, ce rapprochement s’explique par « plusieurs synergies » entre les deux sous-traitants. « Elles sont commerciales : nous serons capables de massifier les flux de nos usines », précise-t-il. « Nos empreintes industrielles ne sont pas redondantes. Ce qui signifie que nos sites seront spécialisés », avance le patron du groupe mettant en avant le concept de focus factories : des sites de production automatisés et dédiés à la fabrication d’un type de pièce pour un client. Une solution capable de répondre à la hausse des cadences de production de la filière.

Une usine de ce genre, installée à Sablé-sur-Sarthe (Sarthe), fabrique déjà des aubes de turbine pour les moteurs Leap du consortium CFM International. « Notre ambition est d’en avoir une pour Airbus », prévient Christian Cornille. « Ce qui validerait notre concept ». Le nouveau groupe a répondu, il y a quatre mois, à deux appels d’offres de l’avionneur européen concernant des pièces mécaniques et de tôlerie.
Audrey Sommazi

Sur la photo, Pascal Farella, ex-dirigeant de WeAre nommé directeur général délégué du groupe Mecachrome (à droite) et Christian Cornille, président exécutif.
Sur la deuxième photo, BPI France, Tikehau Ace Capital, Mecachrome et e Are annoncent le rapprochement des deux sous-traitants aéroanautiques.
Sur la troisième photo, Marwan Lahoud, président exécutif de Tikehau Ace Capital, est le chef d’orchestre de cette fusion.
Photo Rémy Gabalda Crédits ToulEco

P.S. :

Tous les lundis, retrouvez l’actualité de l’aéronautique régionale sur touleco.fr.

Réagir à cet article

Source : https://www.touleco.fr/Aeronautique-Mecachrome-absorbe-le-sous-traitant-WeAre-pour,35204