Régionales 2021. L’ancien juge Jean-Paul Garraud prend le parti du localisme

Jean-Paul Garraud, 65 ans, ancien juge d’instruction venu de la droite, est la tête de liste du Rassemblement national pour les élections régionales en Occitanie. Son programme économique mêle simplification administrative, préférence au local et mesures qui se veulent pragmatiques.

Les sondages qui se succèdent le placent désormais toujours en tête au premier tour. Rassembler l’Occitanie, la liste soutenue par le Rassemblement national portée par Jean-Paul Garraud, est ainsi créditée de 33% des intentions de vote, selon l’enquête Ipsos publiée cette semaine par nos confrères de France 3. Ce score, s’il se concrétisait dans les urnes le 20 juin, serait un meilleur résultat que celui obtenu au premier tour en 2015 par la liste Front national de Louis Aliot (31,83%), actuel maire de Perpignan. Contrairement à celui-ci, Jean-Paul Garraud ne fait pas partie de la galaxie du FN depuis plusieurs décennies. L’ancien magistrat, né en 1946 à Toulouse, a longtemps été un membre de la droite traditionnelle. Il fut, sous l’étiquette UMP, député de Gironde de 2002 à 2012, conseiller municipal de Libourne (Gironde) puis conseiller régional d’Aquitaine de 2010 à 2015. Il a rejoint le RN à l’occasion des élections européennes de 2019, où il a décroché un siège de député européen.

S’il est assuré d’ajouter à ce palmarès un poste de conseiller régional d’Occitanie, celui de président de région est loin d’être gagné. Il est en effet donné battu au second tour, selon Ipsos, avec un score de 34% contre 41% pour la liste de Carole Delga . Il faut dire que le candidat RN, contrairement à son adversaire socialiste, devra faire sans alliances entre les deux tours. Le candidat de la droite et du centre, Aurélien Pradié s’opposant à lui frontalement depuis le début d’une campagne marquée par plusieurs vifs accrochages. « Le candidat du Rassemblement National vient faire du tourisme, sans projet et sans connaissance de nos habitants », a par exemple déclaré dans un cinglant communiqué récent le député LR du Lot.

Simplification et formation au cœur des propositions

Et au niveau économique, Jean-Paul Garraud a-t-il un projet ? Si le sujet n’était pas particulièrement mis en avant par le candidat RN au début de la campagne, c’est davantage le cas ces dernières semaines avec des propositions plus nombreuses et un mot d’ordre revendiqué « la simplification ». « Je suis allé au contact des chefs d’entreprise, des TPE et des PME. Ils sont tous étouffés par le mille-feuille administratif », avait affirmé le candidat RN lors d’une conférence de presse toulousaine en mai. Son directeur de campagne, Gabriel Robin, détaille aujourd’hui : « Il y a trop de comités et d’interlocuteurs, il faut simplifier tout cela. Nous sommes pour la création d’un guichet unique afin de cibler les aides économiques vers les entreprises qui en ont besoin. Nous militons aussi pour la création d’un comité mixte, composé de syndicats et d’entreprises pour participer à l’élaboration du schéma de développement économique régional. »

La formation fait aussi partie des thématiques mises en avant par la liste d’extrême droite : « On veut plus impliquer les professionnels dans le plan régional de formation. Il faut faire davantage la promotion des métiers les plus recherchés par les chefs d’entreprise », insiste Gabriel Robin. Parallèlement, il est selon lui nécessaire de « mieux accompagner les actifs dans leur transition professionnelle, en renforçant les droits des comptes personnels de formation et en mettant en place des aides à la reconversion des autoentrepreneurs en difficulté ». Une voie pour lutter contre la pauvreté, car « l’Occitanie est une belle région, mais une région pauvre : 12,5% de taux de chômage, bien au-dessus de la moyenne nationale », rappelait récemment Jean-Paul Garraud.

Sur certains sujets, les propositions du RN sont somme toute assez classiques. Par exemple, sur la gestion de l’après-Covid (avances remboursables de trésorerie, dispositif pour étaler davantage les prêts garantis par l’État) ou le tourisme (promotion de l’Occitanie auprès des touristes internationaux). Pas d’opposition ou de critique vis-à-vis de l’aéronautique et du spatial, deux secteurs économiques majeurs de la région. « Nous voulons en être des lobbyistes face à la concurrence allemande et chinoise », explique le directeur de campagne occitan.

Transition et préférence régionale

Le RN ne fait pas l’impasse sur la transition énergétique. Comme à l’échelle nationale, le RN préfère au terme « écologie » celui de « localisme ». Cette prime au local face au mondialisme qui générerait pollution et destruction d’emplois, se traduirait par « un avantage donné aux entreprises locales dans le commande publique » ou par « des chèques alimentaires donnés aux Occitans pour favoriser l’agroalimentaire de proximité ». « Une préférence régionale » serait mise en place lors de la transmission des entreprises. Sur la question de l’artificialisation des sols, la liste Rassembler l’Occitanie est partagée : « Nous sommes sceptiques sur l’objectif zéro artificialisation nette. On comprend le principe pour les métropoles où il y a un étalement urbain insupportable mais en Lozère et en Aveyron, ce n’est pas la même chose. Il faut libérer le foncier dans les zones les plus rurales », considère Gabriel Robin.

Proposition plus surprenante pour finir, avec « la création d’une cellule spécifique pour aller mieux chercher les fonds européens auxquels les entrepreneurs occitans ont droit ». Contradictoire pour un parti qui ne porte pas l’Union européenne dans son cœur ? « Nous sommes pragmatiques. S’il y a de l’argent à aller récupérer, on y va », assume le directeur de la campagne de Jean-Paul Garraud.
Matthias Hardoy

Sur la photo : Julien Leonardelli, conseiller régional d’Occitanie, délégué départemental du RN de Haute-Garonne et troisième sur la liste Rassembler l’Occitanie, en discussion avec Jean-Paul Garraud, chef de file du Rassemblement national pour ces Régionales 2021 en Occitanie.
Crédit : Valentine Chapuis - ToulÉco.

Réagir à cet article

Source : https://www.touleco.fr/Regionales-2021-L-ancien-juge-Jean-Paul-Garraud-prend-le-parti,31267