C’est officiel, à Toulouse, il y a pénurie de logements neufs !

Laetitia Vidal, la nouvelle présidente de l’Observer de l’immobilier Toulousain*, a présenté le bilan du premier trimestre 2022 et alerte sur le risque d’une véritable crise du logement neuf. Interview.

Quel est l’état du marché du logement neuf en ce début d’année 2022 ?
J’aurais aimé commencer ce nouveau mandat [1] avec de bonnes nouvelles et, malheureusement, elles sont très alarmantes ! La baisse des ventes globales de logements neufs se poursuit (-27 % au premier trimestre 2022, par rapport à 2021) dans l’aire urbaine toulousaine. On note aussi un effondrement des ventes à investisseurs (-30 %) ; comme des ventes en blocs (-87 %).
Tout cela dans un contexte que nous qualifions maintenant officiellement de pénurique ! Dans notre profession, nous considérons en effet qu’un marché qui dispose de moins de neuf mois de stock est en pénurie. Aujourd’hui, nous sommes à 6,8 mois de stock, c’est absolument catastrophique. Sur ce premier trimestre 2022, les mises en vente ont aussi plongé de 33 %, avec seulement 1002 mises en ventes enregistrées dans l’aire urbaine.

Comment analysez-vous cette situation ?
Cette baisse de mises en vente vient avant tout de la baisse des autorisations de construire, que nous dénonçons depuis plusieurs mois. C’est frappant, en particulier dans les communes de la première et de la seconde couronnes, où les permis de construire ont été verrouillés. Sans compter que nous subissons aussi les conséquences de l’annulation du PLUIH.

Pourtant, la FPI avait signé en octobre dernier une charte avec Toulouse Métropole, censée fluidifier les procédures administratives ?
À ce stade, cela n’a rien changé. Nous ne sommes que début 2022, cela peut encore s’améliorer et nous l’espérons, mais le « manque à construire » d’aujourd’hui ne pourra pas être rattrapé. Cela veut dire concrètement que les permis que nous n’obtenons pas en ce moment se traduiront par un manque de logements neufs dans vingt-quatre mois.

Quel est le message de la FPI face à cette situation ?
Nous lançons un cri d’alerte, il faut vraiment que les élus réagissent, sinon nous subirons une véritable crise du logement dans l’agglomération toulousaine. De même nous espérons que le gouvernement encourage les maires bâtisseurs en les aidant notamment à financer des infrastructures nécessaires à l’accueil de nouvelles populations. En effet, une pénurie de logements se traduit mécaniquement par la hausse des prix. C’est déjà le cas : nous avons enregistré une augmentation de 5,9 % des prix du neuf entre le premier trimestre 2021 et le premier trimestre 2022 ; avec un prix moyen dans l’aire urbaine qui atteint 4500 euros/m2 (parking compris). Enfin, je rappelle aussi qu’un logement construit dans l’agglomération toulousaine représente deux emplois non délocalisables…
Propos recueillis par Béatrice Girard

Sur la photo : Laetitia Vidal alerte les élus sur les risques d’une crise du logement dans l’agglomération toulousaine si les autorisations de construire ne se débloquent pas. Crédit : L’Observer.

P.S. :

Tous les jeudis, retrouvez l’actualité de l’immobilier en Occitanie sur touleco.fr.

Notes

[1Laetitia Vidal (Pierre Passion) a été nommée pour trois ans à la présidence de l’Observer de l’immobilier toulousain, elle remplace Jean-Philippe Jarno (Bouygues Immobilier). Le nouveau bureau est constitué de Pierre Marchal, Groupe des Chalets (trésorier), et Stéphane Aubay, Green City (secrétaire).

Réagir à cet article

Source : https://www.touleco.fr/C-est-officiel-a-Toulouse-il-y-a-penurie-de-logements-neufs,34390